Bataille
(Première) Bataille de Neerwinden (1693)

Une nouvelle victoire pour « le tapissier de Notre-Dame »!

(Première) Bataille de Neerwinden (1693)

Informations sur la bataille

  • Neerwinden
Quand
29 juillet 1693
Conflit
  • Guerre de la Ligue d'Augsbourg (1688-1697)
Parties belligérantes
France
  • République des Sept Provinces-Unies des Pays-Bas
  • Grande-Bretagne
  • Prusse
  • Autriche
Forces en présence
  • ca. 70.000
  • 190 escadrons
  • 90 bataillons
  • 2 régiments d’artillerie
  • 100 canons
  • Ca. 60.000
  • 64 bataillons
  • 2 bataillons espagnols
  • 100 canons
Victimes
ca. 10.000 tués et blessés
  • ca. 20.000 tués et blessés
  • 1.500 à 2.000 prisonniers
  • 80 canons perdus
  • 47 drapeaux perdus
  • 40 étendards perdus
  • 3 guidons de cavalerie perdus
Chefs des armées
François-Henri de Montmorency-Bouteville, duc de Piney-Luxembourg
Guillaume III d'Orange (roi d’Angleterre et Stathouder dans la République)

Synopsis

Dans le cadre de la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697), aussi appelée guerre de Neuf Ans, le roi Louis XIV voit son hégémonie européenne mise en péril par la Ligue d’Augsbourg, unissant les grandes puissances européennes, dont les Provinces-Unies, l’Angleterre et le Saint Empire romain germanique qui veulent arrêter l’expansionnisme français. Au cours de la campagne de 1693, livrée en nos régions, une armée coalisée, aux ordres de Guillaume III d’Orange, Stathouder dans la République et depuis 1689 roi d’Angeleterre, prend position en juillet 1693 entre les villages de Neerwinden et de Laer, son flanc droit et ses arrières étant couvert par la rivière de la Petite Gette. Dès l’apparition des troupes françaises sous le commandement de  François-Henri de Montmorency-Bouteville, duc de Piney-Luxembourg, aussi nommé "maréchal de Luxembourg", le 28 juillet, près de Landen, Guillaume III fait établir une puissante ligne fortifiée, garnie de 91 canons, entre les villages de Laer, de Neerwinden et de Neerlanden, défendue par ses meilleures unités. Des avant-postes sont de même établis dans les villages environnants.

La bataille de Neerwinden, ou encore de Landen, débute à l’aube, le 29 juillet 1693, par de violents tirs d’artillerie. Saisissant l’importance de s’emparer de Neerwinden, clé stratégique du dispositif ennemi, le maréchal de Luxembourg lance vers huit heures du matin son aile droite sur les villages de Neerlanden et de Rumsdorp tandis que son aile gauche, formée de 20.000 fantassins et de 8.000 cavaliers s’avance avec détermination vers Neerwinden. Le centre de son armée reste positionné sur 8 lignes. La lutte est des plus âpres. Sur la gauche, un combat féroce s’engage à Laer où s’illustre la cavalerie française en repoussant les Highlanders au prix de sévères pertes. Neerwinden est de même conquis, mais une importante contre-attaque ennemie en chasse les Français. Au terme de trois assauts français, le village de Neerwinden est successivement conquis, perdu, reconquis et reperdu; il faut une quatrième attaque, menée sur le flanc gauche par 20.000 hommes du centre, dont les Gardes françaises, pour que Neerwinden soit définitivement conquis. Dégarnissant le centre de ses positions pour secourir son aile droite, Guillaume III ne tarde pas à voir ses lignes percées par les vigoureuses attaques de la cavalerie française et l’attaque du marquis de Feuquières sur le centre de son dispositif. 

Carte de la bataille de Neerwinden

Vers 17 h, le repli général de l’armée alliée est ordonné mais se termine dans une extrême confusion pour les alliés. Talonnés par les Français, de nombreux soldats  trouvent la mort en franchissant la Petite Gette et ses abords marécageux. Voyant l’extraordinaire courage et la bravoure des Français, le roi Guillaume III se serait écrié au cours de la bataille : « Oh, l’insolente nation ! ». La bataille de Neerwinden est considérée comme la plus sanglante du dix-septième siècle en nos régions, avec, pour les alliés, quelques 20.000 tués-blessés, et quelques 10.000 tués-blessés pour la France. Quelques 90 drapeaux ennemis sont ramenés à Paris et arborés dans la cathédrale de Notre-Dame, saluant ainsi l’illustre victoire du maréchal de Luxembourg, surnommé à juste titre le « tapissier de Notre-Dame ».

Auteur: Alain Tripnaux, historien et président de l’asbl Le Tricorne.

Littérature

  • De MONTMORENCY-LUXEMBOURG François-Henri, ‘Relation de la bataille de Neerwinden, 1693’, in : SUSANE Louis, Histoire de l’ancienne infanterie française, tome huitième, Paris : librairie militaire J. Corréard, 1853.
  • De SAINT-SIMON, Mémoires du duc de St-Simon, volume I, Paris : Chéraud et Regnier fils, Hachette, 1881.
  • MARTIN Henri, Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu'en 1789tome XIV, Paris, 1855.